A l’heure du décofinement

A l’heure du décofinement

Enfin une date, enfin un plan annoncé par le gouvernement.

Nous savons que les enfants sont invités à reprendre le chemin de l’école – encore faut-il que leurs parents acceptent cette option. Leurs parents sont aussi conviés à reprendre une activité, en télétravail de préférence.

Depuis six semaines, nous sommes confinés à notre domicile. Nous devons nous partager entre : la continuité pédagogique, le télétravail, les tâches domestiques et les activités sportives plus que nécessaires pour avoir une dépense d’énergie, à minima. Mais aussi, nous avons découvert une autre facette de nous-même, une autre facette de chacun des membres de notre famille.

Qu’en est-il de notre rôle de parent ?

Il n’est pas toujours facile de concevoir une éducation pleine de positivité et de bonne volonté lorsque nous vivons une situation exceptionnelle telle qu’une pandémie.

Beaucoup d’émotions vives et contradictoires vont nous assaillir, ce temps  peut aussi faire ressortir nos pires angoisses, nos pires traumatismes. C’est ainsi qu’une forme de découverte personnelle se met en marche, et, bien souvent, sans que nous n’en ayons conscience.

Certains parmi nous pourront percevoir ce changement sans parvenir à le contrôler. En réponse à ce bouleversement, plus ou moins subtile, nous avons tendance à relâcher certains principes de vie, nous modifions notre rapport au temps, nous laissons plus facilement couler certaines règles éducatives qui nous tiennent à cœur.

Pas d’inquiétude, il faut trouver les pensées qui nous rappellent ce qui est vraiment en nous. L’idée d’avoir une date nous semble un bon point de départ, puis, nous allons dérouler notre schéma de pensée que nous avions juste quelques semaines en arrière.

Il est plus que nécessaire de nous rappeler que cette période est temporaire, il faut donc reprendre possession de notre notion du temps.

Le plus simple, c’est de remettre en marche le réveil, bien sûr pas aussi tôt qu’à l’accoutumée, mais, une heure plus tard maximum. En plus clair, il va falloir se réveiller avant 8h, pour être levé à 8h.

Rappelons-nous que l’école primaire commence à 8h30. Va s’enchainer une cascade d’événements comme le besoin de manger à midi pétante et non plus à 14h ! Et oui, rappelons-nous ! 14h c’est l’heure de notre réunion hebdomadaire avec le grand chef.

Puis, la fin de journée nous rattrape, il faut repenser nos habitudes culinaires, préparer les repas en avance, anticiper un retour tardif au domicile, faire faire les devoirs, etc.

Et c’est là qu’un terrible bilan se fait sentir, comment avons-nous pu glisser dans autant de laxisme !

Quoi ? Il passe plus de 3h par jour devant un écran… Attendez, 3h? Non, vous voulez plutôt dire 5h ?

Bon, peu importe, il nous apparait alors une nouvelle une évidence :  il va falloir limiter le temps d’écran, il va falloir reprendre de bonnes habitudes. Pour ce faire, vous trouverez en référence la boite à limites, très pratique pour redémarrer en douceur avec nos propres limites égarées dans les méandres du confinement.

Vers un nouveau chemin

Il va falloir intégrer de nouvelles règles sociales, inspirées par des principes sanitaires, se laver les mains avec du savon toutes les heures, porter un masque dans une majorité d’activités plein air, se tenir à plus d’un mètre de chaque individu extérieur de notre foyer, et, éviter tout contact physique avec tout individu ne partageant pas notre intimité.

Cette nouvelle façon d’interagir va se maintenir dans le temps, et, certainement pour un certain temps. Ce qui veut dire qu’il ne faut pas s’attendre à reprendre une vie « comme avant ».

C’est un impossible. Il faut attendre que la science et la médecine s’unissent pour trouver un remède à ce maudit virus.

Nous préparer, voilà ce qui doit être fait avant de pouvoir reprendre une vie sociale. La date du déconfinement nous permet de nous projeter sur notre propre idée de « l’après ».

Comment envisageons-nous de ressortir ? Sous quelles conditions ? Et pour nos enfants ? Comment faire si nous devons travailler et que notre enfant ne va pas à l’école ou alors « sans moyen de garde.

Voici les questions auxquelles nous devrons répondre de manière à anticiper « l’après ».

En plus clair, se préparer consiste en cette série de questions, toutes aussi importantes et pertinentes.

Nous avons tous la capacité de nous adapter et de nous accommoder à des changements invraisemblables. C’est grâce à cette supra capacité que nous sommes encore présents sur Terre.

Ce défi va nous faire évoluer pour concevoir et améliorer nos propres stratégies diverses et variées, en nous souhaitant une bonne inspiration sur ce nouveau chemin.